« Le monde est plein de choses terribles et nous sommes des créatures sans défense, entourées de forces inexplicables… » – Don Juan Matus

Tout film qui s’ouvre sur une citation d’un sorcier Yaqui ne peut pas être si mauvais, n’est-ce pas ?

À venir sur Video OnDemand le 19 janvier à partir de Films XYZ, Légions est le premier long métrage du cinéaste argentin Fabián Forte, qui a été l’assistant réalisateur d’un de mes films préférés de 2018, Terrifié.

Extrait du communiqué de presse : Un puissant sorcier, Antonio Poyju (Germán De Silva), est enfermé dans un asile et dépérit dans son emprisonnement alors que des forces diaboliques et démoniaques prennent le contrôle de l’Argentine. Si Antonio peut s’échapper de l’hôpital psychiatrique et retrouver sa fille, Helena, leurs forces combinées pourraient sauver l’Argentine… mais Helena a oublié ses pouvoirs. Maintenant, Antonio doit lui réapprendre les voies de la magie… et être le dernier espoir de l’humanité contre le mal ancien !

Après la citation majestueuse évoquée plus haut, le film passe en voix off d’Antonio expliquant à quelqu’un qui, plutôt ce qu’il est : « un médecin, un chaman, un sorcier ». Il explique que sa lignée est profonde et que des générations avant lui ont eu ces pouvoirs et les ont utilisés pour combattre des démons. Un jeune Antonio est alors représenté assis à l’extérieur d’une hutte dans une jungle dense portant un masque de cérémonie. Une jeune femme est amenée devant lui alors qu’il enlève son masque et commence à aller travailler.

Le corps de la possédée commence à se contorsionner violemment et dévoile un visage qui n’est pas sans rappeler celui Evil Dead morts. Après une lutte, il semble avoir vaincu le démon, mais pas avant que le démon en fuite maudit Antonio et sa progéniture (uh-oh).

Maintenant, nous passons au temps présent où nous voyons qu’Antonio est beaucoup plus âgé et raconte son histoire depuis les confins d’un fauteuil roulant à un petit groupe de personnes… à l’intérieur d’un établissement psychiatrique. Les gens de l’établissement psychiatrique mettent en scène une pièce basée sur les récits des exploits d’Antonio en tant que chaman (pas des histoires, mais des « expériences de vie » car il les corrige plusieurs fois).

Nous apprenons qu’à un moment donné, Antonio a eu une femme et un enfant alors qu’il était encore dans la jungle. Lorsque sa femme a été tuée par le démon qu’il poursuivait (Kuaraya), il a été laissé seul pour élever sa fille Helena. Lorsqu’elle était encore enfant, sa fille a reçu un collier qui l’aiderait à garder foi dans les anciennes habitudes de sa famille. Cependant, le collier a été volé par Kuaraya et Helena perd la foi, non seulement dans les anciennes méthodes, mais aussi en son père. Maintenant, des années plus tard, Antonio se rend compte que le démon est revenu pour réclamer sa fille et qu’il doit s’échapper de l’hôpital pour la sauver.

Bien qu’il y ait une histoire forte (bien que parfois lente) tout au long de la majeure partie du film, Légions rate le coche avec un troisième acte quelque peu alambiqué; cela devient légèrement bancal et déroutant vers la fin, et j’ai trouvé le manque de dialogue un choix étrange. Mais, comme le reste du film, le casting offre d’excellentes performances et il y a des gags FX impressionnants, alors ne laissez pas cela vous empêcher de regarder.

Legions a un objectif plus profond que le sang, les tripes et la comédie promis dans le communiqué de presse; les tripes de sang et la comédie sont là, ne vous inquiétez pas… mais c’est plus une histoire de fracture générationnelle et une réticence de la famille à faire des compromis et à s’accepter en tant qu’individus. Legions a du cœur et j’ai hâte de voir la prochaine aventure que Fabián Forte apportera à l’écran.