Du début des années 1990 à nos jours, le costume d’Halloween « Ghostface » est reconnaissable dans le monde entier. Rendu célèbre grâce au film slasher de 1996 Pousser un crion ne sait peut-être pas ce qui a inspiré les tueurs derrière le masque.

Selon un article sur Nouvelles quotidiennes, Daniel Harold Rolling était l’homme responsable d’une série de crimes horribles à Gainesville, en Floride, qui allait inspirer un jeune acteur et écrivain, Kevin Williamson. C’est lui qui a écrit le scénario d’un film qui s’intitulera finalement Pousser un cri.

En août 1990, deux étudiantes de l’Université de Floride, Sonja Larson, 18 ans, et Christina Powell, 17 ans, ont été retrouvées mortes dans leur appartement partagé près du campus.

Après avoir défoncé la porte, la police a trouvé les deux filles assassinées, poignardées encore et encore à mort. Rolling avait placé leurs corps dans des poses obscènes avant de partir.

Christina Hoyt, 18 ans, ce même jour ne s’était pas présentée pour son quart de travail. Hoyt était répartitrice pour le département du shérif de Gainesville et lorsqu’elle ne s’est pas présentée, des adjoints se sont rendus chez elle pour la surveiller.

Elle aussi a été retrouvée poignardée à mort mais également décapitée. Rouler la fit poser assise à droite, les mains sur les cuisses, la tête posée sur une étagère de l’autre côté de la pièce, comme si elle regardait son corps sans vie.

Deux jours après les tueries brutales, deux autres corps ont été retrouvés dans un appartement à proximité.

Les colocataires Tracy Paules et Manuel Taboada, tous deux âgés de 23 ans, ont été assassinés de manière sadique, ce qui a amené la police à soupçonner qu’ils étaient victimes du même tueur.

Le point commun des victimes était qu’elles étaient toutes de jeunes femmes de petite taille aux cheveux bruns. Ils ont tous été agressés sexuellement, poignardés, mutilés, soutenus dans une pose et frottés avec un liquide de nettoyage.

Rouler entrait toujours par les fenêtres et les portes qui n’étaient pas verrouillées et si elles étaient verrouillées, il les ouvrait de force.

Il y a eu une brève période de temps où un suspect principal a été placé en prison après avoir agressé sa grand-mère. Ce faux tueur n’a pas pu être lié aux meurtres commis par la police, malgré sa terrible réputation et sa toxicomanie. On pense que c’était l’inspiration de Williamson pour deux tueurs dans le Pousser un cri films. Surtout quand Billy Loomis était en prison et que l’autre tueur (Stu Macher) était toujours en liberté pour narguer le héros, Sidney Prescott.

Alors que les habitants de FL s’insurgent contre les meurtres horribles, la police recherchait quelqu’un semblable à Ted Bundy qui avait été arrêté à Tallahassee quelques années plus tôt.

Bien que Rolling ne corresponde pas au profil, il a fini par être appréhendé pour le vol à main armée d’un Winn-Dixie.

Il n’a pas réussi à échapper aux autorités dans une poursuite à grande vitesse puis à pied.

Après que Rolling ait été condamné à perpétuité en raison de son long casier judiciaire, un test ADN de son sang l’a relié aux meurtres grizzly des femmes de Gainesville.

Des années d’une vie misérable ont contribué à la folie meurtrière de Rolling.

Après avoir été interviewé sur les meurtres, Rolling est devenu tristement célèbre.

De manière inattendue, lors de son procès, il a plaidé coupable. Le juge a condamné Rolling à mort pour la nature tordue des meurtres.

Pendant son séjour dans Death Row, Rolling a créé des illustrations pour des sites Web de collection maccabre.

C’est à cette époque que le massacre de Gainesville est devenu le point central de nombreuses émissions télévisées sur le vrai crime.

Williamson a regardé une émission spéciale sur Rolling et à partir de là, il a écrit un scénario. Il a ajouté des anecdotes sur les clichés des films d’horreur et sur la façon dont les monstres n’étaient plus contenus dans le film mais entraient dans la vie réelle, comme dans Le nouveau cauchemar de Wes Craven.

Lorsque le studio hollywoodien Miramax lui a acheté l’œuvre pour 400 000 $, le film a décollé comme le début d’une franchise très réussie et a lancé la carrière de Williamson.

À la fin de sa vie, Rolling est mort par injection létale en présence de quelque 47 personnes dans la chambre d’exécution de la prison d’État de Floride.

La Pousser un cri La franchise a rapporté plus de 740 millions de dollars en 2022.