Critique Under The Dome Saison 1 Episode 2

Publié le par Avenue De L'Horreur

ba-under-the-dome.jpg

 

Série créee par : Brian K. Vaughan
Acteurs : Mike Vogel, Dean Norris  Rachelle Lefèvre, Nathalie Martinez, Colin Ford, Brittany Robertson
Année de production : 2013
Date de sortie en DVD/Bluray en France : -
Date de première diffusion en France : -
Pays : Etats-Unis
Saga : Dome

Synopsis

Les habitants d’une petite communauté se réveillent un matin, coupés du monde et piégés dans la ville à cause d’un immense dôme transparent. Certains tenteront, de manière dissimulée, de tirer profit de cette situation inquiétante et inexpliquée, afin de prendre le pouvoir. Mais une résistance va s’organiser autour d'un vétéran de la guerre en Irak, pour empêcher ces personnes malveillantes de parvenir à leurs fins…

 

under_the_dome_promo_1.jpg

 

Avis de Bikinikill

 

En l'espace d'un seul petit épisode, Under The Dome la série créée et produite par Brian K. Vaughan (Lost) et Steven Spielberg, directement inspirée d'une œuvre de Stephen King, s'est imposée comme l'un des succès retentissants de cette période estivale en réunissant lors de sa première diffusion, plus de treize millions de téléspectateurs aux USA, égalant ainsi le record de 1992, détenu par le feuilleton 2000 Malibu Road !

Voilà donc un excellent démarrage qui laisse présager que du bon pour Under The Dome. En effet, le projet a initialement été tourné sous la forme d'une mini-série de treize épisodes, mais en cas de succès (très plausible), l'ensemble prendrait ensuite un véritable format de série avec plusieurs saisons à la clé.

Comme on pouvait légitimement s'y attendre, ce second épisode intitulé "Fire" ("Feu" pour ceux qui ont pris Marseillais, en première langue…), reprend là où le pilote s'était arrêté, c'est-à-dire peu de temps après l'arrivée de cet étrange dôme qui recouvre la petite bourgade de Chester's Mill.
Passés les effets catastrophiques causés par cet évènement inopiné (vaches coupées en deux, accidents de voitures, accidents d'avions…), les habitants pris au piège dans leur propre ville, commencent à s'organiser en attendant l'arrivée des secours et de l'armée. Même si on se questionne toujours au sujet de cette étrange cloche apparemment incassable et bourrée d'électricité statique, l'optimisme reste de rigueur ! D'ailleurs, "Big Jim" Rennie s'impose de plus en plus comme le véritable patron de Chester's Mill et fédère autour de lui ses ouailles et les notables de la ville et ce, de manière sournoise, afin de ne pas ébruiter les histoires au sujet de son stock de propane.
Or, un incendie de maison crée la panique au sein de la communauté (il ne faut pas oublier que les pompiers sont à l'extérieur de Chester's Mill) qui va devoir se serrer les coudes pour contenir les flammes et se porter au secours les uns des autres.

Tout comme l'épisode précédent, le spectre du terrorisme post 11 septembre (l'entraide durant le feu de maison) et les théories du complot sont remarquablement mis en avant, avec quelques aspects fantastiques à la clé. Les ambiances de X-Files et de Lost si chères à Brian K. Vaughan développées dans le pilote sont toujours belles et bien présentes, et s'inscrivent parfaitement dans la singularité d'Under The Dome, même si la plus grosse partie de la population continue à vivre "normalement".
Et si cette adaptation de l'œuvre de Stephen King emprunte pas mal d'éléments ici et là à des thèmes déjà bien établis  (la psychose, la peur, la paranoïa, l'instinct de survie…), elle n'en reste pas moins pourvue d'une sacrée identité.
Il faut dire aussi que le casting y est pour beaucoup avec ce bon vieux Dean Norris ("Big Jim" Rennie) en tête, suivi de près par les excellents Mike Vogel (Barbie) et la belle Rachelle Lefevre (Julia).

Et si certains comédiens ne sont pas véritablement exceptionnels, à l'image d'Alexander Koch (Junior), certains seconds couteaux tirent leurs épingles du jeu grâce au traitement de leurs personnages (Joe, Ben, Dodee…).
De même, ce deuxième épisode verra de nouveaux protagonistes pointer le bout de leur nez comme Ben, le Révérend Coggins ou le député Paul. Tout ce petit monde apprend à se (re)connaître et est obligé d'évoluer  avec les autres, prisonnier qu'il est de du dôme.
A partir de là, les tensions commencent à se créer et certains habitants vont chercher à tirer partie de cette prison de verre. Certains à bon escient, d'autres à moins bon voire à mauvais escient… La théorie de "l'homme est un loup pour l'homme" reste en filigrane dans la trame de ce second volet d'Under The Dome et nul doute que l'ambiance se corse d'ici peu…

Du côté des petits bémols, on retiendra encore des grosses largesses avec le récit d'origine de Stephen King qui ne manqueront pas de causer des crises d'urticaire à bon nombre de fans de l'écrivain.
Ceci étant, il faudra faire avec : la "libre" adaptation des deux romans du King est le parti pris par Brian K. Vaughan et Steven Spielberg pour faire évoluer la série sans trop se cantonner à l'univers du maître de l'horreur. Entendez par là que les producteurs n'ont pas envie de se prendre la tête en respectant à la lettre les romans d'origine…
Mais là où le bât blesse le plus, c'est au niveau de l'histoire entre Junior et Angie qui a du mal à prendre et qui paraît assez poussive.
De même,  les effets spéciaux qui ne sont clairement pas à la hauteur du succès escompté par Under The Dome. Si certains FX sont assez bons, d'autres sont tout juste passables, et semblent parfois avoir été faits avec très peu de moyens (les flammes…). Et ça, c'est bien dommage, car certaines séquences auraient mérité de meilleurs traitements pour coller au mieux avec l'ambiance de la série. Espérons que les treize épisodes ne soient pas du même acabit au niveau des effets / trucages et que CBS va vite redresser la barre, quitte à faire un peu de post-production…

En fin de compte, "Fire" continue tranquillement de développer les bases de l'épisode pilote diffusé la semaine dernière, et nous présente de nouveaux personnages qui auront vite leur importance.
Le dôme est donc bel et bien posé sur la ville de Chester's Mill et personne ne semble pouvoir s'en échapper. On va pouvoir regarder évoluer tous les habitants comme dans un microscope, et voir comment ils vont interagir les uns avec les autres.
A la longue, il y a fort à parier que ça ne se passe pas très bien entre eux…


3.5

Publié dans Séries TV horrifiques

Commenter cet article