Interview Olivier Beguin [Réalisateur]

Publié le par Avenue de l'horreur

DB_affiche.jpg

Bonjour Olivier, pouvez-vous nous parler un peu de vous et de votre parcours dans le cinéma ?

Bonjour. Je suis passionné de cinéma depuis tout gosse, puis lorsqu'il a été temps d'arrêter les films en forêt avec les copains je suis parti étudier à la London Film School, dont je suis sorti diplômé il y a une dizaine d'année. J'ai réalisé 5 courts métrages et j'ai aussi travaillé en parallèle comme pour la télévision nationale suisse.

Vous avez réalisé plusieurs courts métrages, « Dead Bones » a été particulièrement bien accueilli par les amateurs de films de genre, qu’elles ont été vos inspirations ?

Pour DEAD BONES, le déclic s'est fait lors d'une soirée, où une copine me ramenait plusieurs DVDs que je lui avais prêté. Dans le lot, beaucoup de westerns et beaucoup de films d'horreur. Les mots « western cannibal » sont sortis et là, ça m'a semblé être une évidence. Après, je n'avais pas vraiment de films en tête comme inspiration, pour tenter de rester assez libre. Mais il y a un lien assez évident avec BRING ME THE HEAD OF ALFREDO GARCIA, de Peckinpah, pour un détail précis. Ceux qui ont vu les deux films comprendront.


Quel souvenir gardez-vous du tournage ?

Un tournage assez compliqué au niveau logistique, notamment du fait qu'on tournait dans 2 pays. Mais ensuite, un bonheur de tourner à Almeria, lieu mythique s'il en est. Et un plaisir de bosser avec des acteurs aussi efficaces que Arie Verveen, Fred Landenberg et Ken Foree.

 

dead bones imagesDead bones images 2

Images de Dead Bones


Vous travaillez sur un projet de long métrage « stresseurs » pouvez vous nous en dire plus quant à scénario ? Quels thèmes aborde-t-il ?

C'est un thriller, un peu graphique par moments. 5 étudiants en criminologies partent en road trip sur les traces d'un serial killer disparu il y a plus de 20 ans. Un ptich assez classique somme toute, mais avec un traitement qu'on espère original.


Où en est le projet ?


Là on a une version 4 du script, qui nous satisfait, moi et mes scénaristes, Karim Chériguène et Jean-Philippe Certa. On a commencé à envoyé cette version à quelques producteurs. Quelques acteurs ont été approchés, mais je ne peux pas vraiment en dire plus à l'heure actuelle.


Vous venez aussi de terminer le tournage de « Fins de droit » une comédie fantastique, pouvez vous nous en dire un peu plus ?

Alors premièrement, le titre définitif est EMPLOYE DU MOIS. C'est une petite comédie sur des monstres au chômage. Momie, zombie, etc, n'ont plus de boulot. Ils se rendent donc au BRPML (Bureau de reconversion professionnel pour Mythes et Légendes), où Stéphanie, la conseillère, jouée par Catriona MacColl, va tenter de les aider.
Je me permets d'ailleurs de préciser que nous cherchons encore des fonds pour la post-production et qu'on peut soutenir le projet dès 10 euros, sur Ulule.fr. En échanges des dons, vous pouvez recevoir le film en téléchargement, en DVD, etc. Donc n'hésitez pas à nous aider en participant à l'aventure. Vous pouvez trouver plus de détails sur www.brpml.com. D'avance merci d'aller y jeter un oeil!

 

l'employe du moisImage du court métrage


Les points communs entre vos réalisations semblent être l’horreur et le fantastique, qu’appréciez-vous dans les films d’horreur et fantastique ?


Le mélange de genre, la possibilité de traiter différents thèmes sans forcément en avoir une approche frontale ou didactique. Et visuellement l'horreur et le fantastique permettent de belles choses.

Quel est votre film d’horreur préféré ?


LA MOUCHE de Cronenberg.

Quel est le premier film de genre à vous avoir marqué ?


LA MOUCHE de Cronenberg. C'est à ce moment (je devais avoir 14 ans) que j'ai réalisé qu'un film d'horreur pouvait être un chef-d'oeuvre et que le fantastique n'était pas un « sous-genre ».
Sans parler de « Stresseurs » quels sont vos projets à venir ?
On écrit une version longue de DEAD BONES avec Karim Chériguène, mais ce sera un projet cher et donc difficile à monter. Et on est aussi (toujours avec Karim à l'écriture) sur un projet de film à sketchs avec Talal Selhami, Greg Morin et Cedric Desbonnet.


Auriez-vous quelques conseils pour nos lecteurs qui souhaitent se lancer dans la réalisation de courts ou longs métrage de genre ?


Le métier est difficile, mais il l'est encore plus quand on s'attaque au genre, qui est souvent considéré de manière hautaine, qui est souvent incompris. Donc le conseil principal, c'est de s'attendre à des refus, s'attendre à cette incompréhension et ce dédain parfois et de ne pas stopper, de continuer d'y croire quoi qu'en disent les gens en face.

Nous vous remercions d’avoir bien voulu répondre à nos questions et vous souhaitons beaucoup de réussite pour la suite de votre carrière.

Merci, ce fût un plaisir. Et longue vie à Avenue de l'Horreur!

 

 

1223-2DB afficheStresseurs

 

Retrouvez Dead Bones et Olivier beguin sur le site:

http://www.dead-bones.com/

Publié dans Interviews

Commenter cet article