Critique The Pact

Publié le par Avenue De L'Horreur

The-pact.jpg

 

Réalisé par : Nicholas Mccarthy
Scénario de : Nicholas Mccarthy
Acteurs : Caity Lotz, Casper Van Dien, Agnes Bruckner, Mark Steger, Haley Hudson
Année de production : 2012
Date de sortie en DVD/Bluray en France : 15 octobre 2013 (Aventi)
Date de sortie au cinéma en France : -
Pays : Etats-Unis
Saga : -
Anecdote(s) : -

 

Synopsis

 

Après le décès de sa mère, Annie se laisse convaincre de retourner dans la maison familiale pour rendre un ultime hommage à la défunte. Dans sa chambre d’enfant, la jeune fille est dérangée par une présence inquiétante. Alors qu’elle sollicite l’aide d’un policier du coin et d’une voyante pour mener l’enquête, elle va bientôt découvrir que ces mystérieux incidents font émerger des cauchemars réprimés depuis longtemps et lèvent le voile sur un secret de famille troublant.

 

The-pact-image.jpgThe-pact-image-2.jpg

 

Avis de Zabou

 

Né sous la forme d’un court métrage, The Pact signé Nicholas McCarthy s’invite dans le monde de la maison hantée. Sous ses allures dramatiques réussira-t-il à s’imposer et surtout à faire peur ?

 

Après le décès de sa mère, Annie se laisse convaincre de retourner dans la maison familiale pour rendre un ultime hommage à la défunte. Dans sa chambre d’enfant, la jeune fille est dérangée par une présence inquiétante. Alors qu’elle sollicite l’aide d’un policier du coin et d’une voyante pour mener l’enquête, elle va bientôt découvrir que ces mystérieux incidents font émerger des cauchemars réprimés depuis longtemps et lèvent le voile sur un secret de famille troublant.

 

Le long métrage débute sous des cieux bien ordinaires et connus des films de genre avec une réunion de famille suite au décès d’un parent. Assez rapidement, le spectateur fait connaissance avec les lieux maudits. On saluera pour le coup le choix de la maison qui s’impose par l’oppression qu’elle sait véhiculer.

 

Entre bonne surprise et innovation, The Pact n’oublie pas les clichés du genre. Les apparitions, manifestations ou autre signes d’hantise sont bien au rendez-vous, sans oublier la séance de ouija. Le réalisateur a joué une autre carte, celle de l’atmosphère avant tout, et ça fonctionne plutôt bien. La peur ne se manifeste pas de manière subite, mais elle plane sur l’ensemble de la séquence et menace à chaque seconde. Au fil de l’intrigue, on se prend au jeu, bien qu’une impression d’inachevé s’invite au visionnage.

 

La chute restera ce qu’il y a de plus surprenant et sort le film de la routine. Le rythme est alors bien plus soutenu et le spectateur se trouve transporté dans un univers oppressant et malsain. Toutefois, tout le monde n’y trouvera pas forcément son compte, préférant peut-être une fin plus classique.

 

Le casting est l’un des atouts de cette réalisation. S’il on est ravi de revoir Casper Van Dien dans un film de genre, il faut aussi compter sur des présences féminines fortes qui tiennent à elles seules le métrage. On s’attache bien vite à eux et l’inquiétude n’en devient que plus grande dès les premiers phénomènes.

 

The Pact ne révolutionne pas le genre de la maison hantée mais offre un beau voyage dans une atmosphère qui vaut le détour.



3
REAGIR

Commenter cet article