Critique Sadako [Roman]

Publié le par Avenue De L'Horreur

Sadako.jpg

 

Auteur : Koji Suzuki
Pages : 350
Editeur : Fleuve Editions
Collection : Fleuve Noir
Date de sortie : 10 avril 2014
Pays : Japon
Saga : Ring

 

Takanori Andô, graphiste spécialiste de l'analyse d'image, reçoit une vidéo amateur montrant un suicide à l'intérieur d'un appartement banal. Son client souhaite déterminer s'il s'agit d'un véritable suicide ou d'une mise en scène de génie. À chaque visionnage de la vidéo, Takanori se rend compte que le cadre de l'image se décale très légèrement, permettant de voir jusqu'au visage du suicidé : Seiji Kashiwada. Ce dernier est un serial killer condamné à la peine de mort pour le meurtre de quatre fillettes, douze ans plus tôt, et dont l'exécution a eu lieu peu de temps auparavant...

Takanori se lance dans une enquête effrayante tandis que d'étranges phénomènes envahissent sa vie et celle de sa compagne.

 

Avis de Zabou

 

Réputé comme Stephen King dans son pays, Koji Suzuki est un auteur que le monde a pu découvrir au travers des adaptations de cinématographique de sa série Ring. Aujourd’hui il nous revient avec une nouvelle histoire dans la ligné de sa trilogie : Sadako. Mérite-t-il sa réputation ?

 

Takanori Andô, graphiste spécialiste de l'analyse d'image, reçoit une vidéo amateur montrant un suicide à l'intérieur d'un appartement banal. Son client souhaite déterminer s'il s'agit d'un véritable suicide ou d'une mise en scène de génie. À chaque visionnage de la vidéo, Takanori se rend compte que le cadre de l'image se décale très légèrement, permettant de voir jusqu'au visage du suicidé : Seiji Kashiwada. Ce dernier est un serial killer condamné à la peine de mort pour le meurtre de quatre fillettes, douze ans plus tôt, et dont l'exécution a eu lieu peu de temps auparavant...

Takanori se lance dans une enquête effrayante tandis que d'étranges phénomènes envahissent sa vie et celle de sa compagne.

 

Dès les premières pages, l’auteur réussit à captiver le lecteur et à l’entrainer dans son univers. L’intrigue se met en place doucement, pourtant l’intérêt ne retombe jamais. Les personnages s’imposent au fil des pages, et il n’est nullement difficile de se familiariser avec eux.

 

Le fantastique, bien connu chez Koji Suzuki est au centre de l’intrigue. Il hante chaque page laissant présager des situations uniques et captivantes. Et cette première impression ne trompe pas, les bonnes surprises s’enchainent tout du long, orientant parfois le récit dans des directions inattendues. Sans vous dévoiler le contenu, la plus belle idée réside dans la partie du roman s’appelant Ring. Elle fait le lien avec la saga de l’auteur, mais permet aussi à ceux qui l’ignorent de se plonger dans son univers.

 

C’est justement à partir de cet instant que la lecture devient encore plus intéressante. Les pistes exploitées et les hypothèses vont bon train. Elles flirtent avec les limites du crédible mais reste toujours incroyables ! Koji Suzuki a pensé à tout et chaque nouvelle révélation s’imbrique parfaitement avec tout le reste. Vous l’aurez compris Sadako est une petite merveille qui se dévore sans modération.

 

Sadako est sans aucun doute la bonne surprise littéraire de ce début d’année ! Mêlant intrigue surprenante et situations tendues, le roman nous entraine dans une histoire des plus sombres. Il ne reste plus qu’une chose à faire après cette lecture, découvrir la saga Ring, pour ceux qui ne la connaisse pas encore.

 

5

 

Commenter cet article