Critique Orgueil & Préjugés & Zombies [Roman]

Publié le par Avenue De L'Horreur

orgueil.jpg

 

Auteur : Jane Austen & Seth Grahame-Smith
Pages : 352
Editeur : Pocket
Collection : SF- Fantasy
Date de sortie : 9 janvier 2014 (octobre 2009 chez Flammarion)
Pays : Angleterre et Etats-Unis
Saga : /

Comme le titre l’indique, ce roman est une réécriture du chef d’œuvre de Jane Austen (d’ailleurs indiquée comme co-auteur). Seth Grahame-Smith, auteur d’Abraham Lincoln, chasseur de vampires, et scénariste du film Dark Shadows, a décidé de réécrire ce livre en y incluant une menace zombie.

« L'Angleterre subit une terrible épidémie : des morts-vivants envahissent villes et campagnes et contaminent la population.
Dans la famille Bennett, on est bien entrainés. Les arts martiaux n'ont plus de secrets pour les cinq filles et, même à l'heure du thé, elles ne se séparent jamais de leur dague !
Pas facile de trouver un mari à la hauteur. Elizabeth a d'ailleurs bien envie d'égorger cet orgueilleux Darcy qui la snobe, mais l'irruption des « innommables » dans la salle de bal change ses plans... »

Comme vous pouvez le voir, il s’agit réellement d’une réécriture et non d’une adaptation. On retrouve les principaux personnages et l’intrigue même. Pour Set Grahame-Smith, il s’agit d’inclure des scènes de combat, des joutes verbales un peu plus explosives et une épidémie zombie, tout en gardant le style d’écriture de Mme Austen.

Les filles Bennett savent se servir de dagues, d’épées et d’arbalètes. Elles ont appris le kung-fu chez un maître Shaolin en Chine pour pouvoir aider leur chère Angleterre à se débarrasser des innommables. L’héroïne, Elizabeth, est un personnage vraiment intéressant et attachant. Elle sait se battre et n’a pas peur de dire ce qu’elle pense. Son courage n’a d’égal que sa maîtrise des arts martiaux et elle est bien connue pour savoir se défendre. C’est une femme qui a beaucoup d’orgueil et qui n’a pas peur de provoquer quelqu’un en duel si elle considère qu’on lui a manqué de respect. Avec ce livre, on se retrouve dans une Angleterre du XIXème avec des femmes guerrières qui tuent des zombies avant d’aller prendre le thé, et qui se battent même contre des ninjas.

Les différentes histoires amoureuses sont intéressantes, d’autant plus que l’auteur change la manière d’agir des personnages tout en gardant leur personnalité. Par exemple, lorsqu’Elizabeth rencontre pour la première fois Darcy, celui-ci ne veut pas danser avec elle et dit même d’elle : « elle est tolérable, mais pas assez jolie pour me tenter. » Elizabeth que le « code des guerrier exigeait qu’elle vengeât son honneur », « baissa la main jusqu’à sa cheville, où elle trouva la dague qu’elle dissimulait sous sa robe. Elle avait l’intention de suivre cet orgueilleux Mr Darcy à l’extérieur et de lui trancher la gorge. » Des passages amusants qui donnent envie de savoir ce qui va se passer ensuite.

Si ce roman ne m’a pas rendu accros, il n’en est pas moins intéressant. Il me manque plus de scènes de combat, en bref : plus d’actions et moins de blabla. L’histoire traîne en longueur malgré quelques batailles et joutes verbales fort sympathiques. Le nouvel observateur dit de ce livre « le choc des contraires, l’immixtion de l’horreur la plus trash dans une histoire sentimentale, toute de retenue et de délicatesse ». Je pense que cela résume assez bien ce roman, le bon comme le moins bon : une très bonne histoire, intéressante par son originalité, mais qui manque d’un peu plus de brutalité.
Ce qui m’a le plus gêné est qu’Elizabeth n’arrête pas de parler de laver son honneur en tuant beaucoup de personnes, mais elle ne le fait jamais ! Il n’y a que deux scènes de combat (si on ne compte pas les zombies), Elizabeth se retient de provoquer des duels mais, personnellement, j’attendais justement d’elle qu’elle ne se retienne pas. On comprend dès le début qu’elle n’est pas comme ses sœurs, à vouloir simplement se marier, discuter et prendre le thé, donc je ne comprends pas pourquoi finalement il ne se passe rien. Je suppose qu’elle ne peut pas tuer des personnages qui, dans la version originale, vont devoir servir par la suite mais alors pourquoi inclure tant de passages où elle dit vouloir tuer ? Si son code de l’honneur l’exige, qu’elle a appris cela de son maître Shaolin, pourquoi va-t-elle à l’encontre de son envie ? Plus on avance dans ce livre, plus on se sent frustré. Même si je trouve ce roman un peu « longuet », je pense qu’il peut plaire à beaucoup de personnes.

A noter : Seth Grahame-Smith négocie actuellement les droits d'adaptation pour le cinéma et je pense que ce sera un film à ne pas manquer !

3

Commenter cet article