Critique Lettres Ecarlates [Roman]

Publié le par Avenue De L'Horreur

meg_co10.png

 

Auteur : Anne Bishop
Pages : 502
Editeur : Bragelonne
Collection : Bit-Lit
Date de sortie : 16 avril 2014
Pays : Etats-Unis
Saga : Meg Corbyn

 

Meg Corbyn est une cassandra sangue, une prophétesse du sang, capable de prédire l’avenir lorsqu’elle s’incise la peau. Une malédiction qui lui a valu d’être traitée comme de la viande par des hommes sans scrupules prêts à la taillader pour s’enrichir. Mais aussi un don qui lui a permis de s’échapper et va la pousser à chercher refuge chez les Autres. Là où les lois humaines ne s’appliquent pas. Même si elle sait, grâce à cette vision, que Simon Wolfgard causera également sa perte. Car si le chef des loups est d’abord intrigué par cette humaine intrépide, peu de choses la séparent d’une simple proie à ses yeux…

 

Avis de JennDidi

 

Anne Bishop, auteur de la fameuse saga Les Joyaux Noirs, signe un nouveau livre qui mêle intrigue, amour et conspiration. Lettres Ecarlates nous fait rentrer dans l’univers de Meg Corbyn, une prophétesse qui se bat pour retrouver sa liberté.

« Meg Corbyn est une cassandra sangue, une prophétesse du sang, capable de prédire l’avenir lorsqu’elle s’incise la peau. Une malédiction qui lui a valu d’être traitée comme de la viande par des hommes sans scrupules prêts à la taillader pour s’enrichir. Mais aussi un don qui lui a permis de s’échapper et va la pousser à chercher refuge chez les Autres. Là où les lois humaines ne s’appliquent pas. Même si elle sait, grâce à cette vision, que Simon Wolfgard causera également sa perte. Car si le chef des loups est d’abord intrigué par cette humaine intrépide, peu de choses la séparent d’une simple proie à ses yeux… »

C’est la première fois que j’entends parler de personnes pouvant prédire l’avenir en s’entaillant la peau et je trouve qu’Anne Bishop a joué sur l’originalité dans l’univers connu que sont les garous, les sorcières et les vampires. En effet, si on connait ces créatures «imaginaires», on ne connait pas les cassandra sangue et on va apprendre en même temps que les personnages du livre ce que cela représente.

Ce livre débute par une brève explication du monde créé par l’auteur. C’est un monde où Humains et Terra Indigene essaient de cohabiter sans s’entre-tuer. On comprend rapidement qu’il ne s’agit pas d’un simple roman de bit-lit réadapté, il s’agit d’un nouveau monde où se ne sont pas les Humains qui dominent et où les Autres n’ont pas besoin de se cacher. On en apprendra un peu plus au fur et à mesure de la lecture et une chose est sûre, cet univers nous plait.

Lettres Ecarlates commence véritablement son récit avec Meg Corbyn qui a réussi, non sans mal, à lire son avenir et a ainsi appris comment elle devait s’échapper de l’endroit ou elle, et beaucoup d’autres, sont retenues prisonnières par des hommes qui vendent leur prophétie aux plus offrants. Elle sait qu’elle ne doit pas rester sur les terres des humains car elle sera recherchée, elle doit trouver refuge chez les Autres. Coup de chance, ils ont besoin d’un agent de liaison car les humains et les Autres négocient des traités pour pouvoir échanger leur savoir (technologie, habits, romans…). Meg va tout d’abord rencontrer le chef du clan des Terra Indigene, Simon Wolfgard (un loup-garou), dont une vision lui a permis de savoir qu’il causera sa perte.  Si Meg arrive à rentrer sur le territoire des Autres, elle n’a cependant pas divulgué sa vraie nature et la véritable raison de sa présence. Meg continue d’être recherchée et elle ne sait pas si elle peut faire confiance aux personnages qu’elle rencontre et côtoie tous les jours.

Si l’univers de ce livre est bien créé, il en va de même pour les personnages. Meg n’est pas la narratrice, chacun prend la parole à un moment donné, ce qui nous permet de mieux les cerner. On comprend évidemment les peurs de Meg, mais on apprend ce qu’elle pense des autres personnes, et ce que ces personnes pensent d’elle. C’est une des choses que j’adore dans les livres, qu’on puisse avoir les points de vue et opinions de plusieurs personnages. Ces Terra Indigene sont attachants et on des règles qu’il faut absolument suivre si l’on veut survivre dans leur monde. Les humains sont décrits comme des personnes infectes qui tentent de chasser les Autres et qui n’ont évidemment aucune chance, ou qui essaient simplement de coucher avec eux. Après quelques chapitres, on fait la découverte de Michael Debany, un policier qui va contredire ce que l’on pensait : il existe des humains intelligents, compréhensifs et ouverts d’esprit. Lui, certains de ses collègues et son supérieur, sont pour de bonnes relations avec les Autres, car ils savent qu’en cas de problème, ils seraient massacrés sur le champ, comme cela est déjà arrivé par le passé… mais ils vont devoir faire face à un terrible fléau : la politique.

Lettres Ecarlates fait parti de ces romans que l’on ne peut pas quitter sans tout lire d’une traite. L’univers est bien créé, les personnages sont attachants et l’originalité de cette histoire nous captive. En bref, un roman à ne pas manquer !

 5

Commenter cet article