Critique Les Prédateurs

Publié le par Avenue De L'Horreur

affiche-les-predateurs2.jpg

 

Réalisé par : Tony Scott
Scénario de : James Costigan, Ivan Davis, Michael Thomas
Acteurs : Catherine Deneuve, David Bowie, Susan Sarandon
Année de production : 1983
Date de sortie en DVD/Bluray en France : 30 avril 2009 (FIS)
Date de sortie au cinéma en France : 13 juillet 1983
Pays : Royaume-Uni
Saga : -
Anecdote(s) :

 

Synopsis

Miriam est une femme-vampire née en Egypte il y a quatre-mille ans. Elle possède le don de l'immortalité et de la jeunesse. Elle vit désormais à New York, avec son compagnon John depuis trois-cent ans. John est alors frappé d'un processus accéléré de vieillissement. Afin de tenter de le sauver, Miriam rencontre la séduisante Sarah, docteur spécialiste des mécanismes du vieillissement, sur laquelle elle jette son dévolu...

 

Predateurs.jpg

 

Avis de Mareka

Les Prédateurs est le premier film du regretté Tony Scott(Le Dernier Samaritain, True Romance, Man On Fire etc.).

À New York, la belle et élégante Miriam Blaylock (Catherine Deneuve) mène une vie luxueuse et oisive au côté de son mari John (David Bowie). En réalité âgée de plus de  trois-mille ans, elle doit, tous les sept jours, boire du sang humain pour se préserver des atteintes du temps. Elle utilise, pour ce faire, un petit pendentif en forme de clé d'Ânkh qu'elle porte autour du cou et qui dissimule une lame acérée qui lui permet de trancher la gorge de ses victimes. Elle a offert, il y a trois cents ans, l’immortalité à son mari.
Cependant, si elle peut donner l’immortalité à ceux et celles qu’elle a choisis, elle ne peut leur garantir de les aimer toujours, alors que l'amour est l'ultime ingrédient de l'alchimie subtile qui leur assure de ne pas vieillir. En cette fin de vingtième siècle, après trois siècles de vie commune et heureuse, John Blaylock commence à ressentir la réalité d’un vieillissement accéléré qui ne s’arrêtera plus, sans pour autant entraîner sa mort. En effet, Miriam est tombée sous le charme de la séduisante Sarah Roberts (Susan Sarandon), médecin spécialiste du vieillissement, laquelle accède à une notoriété nouvelle grâce à son dernier ouvrage. John tente de la contacter pour essayer d'échapper à l'inéluctable.

Si vous vous attendez à un film de vampires classique avec morsures, canines, et toutes les autres légendes concernant ces êtres, vous serez totalement déroutés. Car ici ce sont plutôt des créatures immortelles auxquelles nous avons affaire.
Pas de crocs, ni d’intolérance à la lumière du jour, ces gens sont comme vous et moi, excepté qu'ils vivent plusieurs siècles grâce à leur ration de sang par semaine. Ce couple que nous rencontrons pour la première fois en boîte de nuit sur un morceau très bien choisie de Bauhaus "Bela Lugosi's Dead" est très mystérieux et nous attire dès le premier coup d’œil. Ceci grâce à une esthétique et une ambiance sombre et à la limite de l'étouffement sur de nombreux passages.
Mais nous avons à peine le temps de les connaitre que déjà John (David Bowie) se meurt sans comprendre vraiment pourquoi. Et nous comprendrons vite que c'est en quelque sorte par manque d'amour. Ainsi si le titre du film prend toute sa valeur dans le fait que le prédateur est plutôt une prédatrice sous les traits de la belle Miriam. Elle se révèle égoïste et antipathique pour ma part, et je trouve d'ailleurs la fin très bonne concernant son sort...
Malgré cela, le métrage est très lent, il ne se passe que très peu de choses à part de longues scènes ou des regards s'échangent et où est mise en avant la séduction de Sarah par Miriam. Ça pourrait en faire zapper plus d'un...
Niveau acteurs Catherine Deneuve est égale à elle-même, et David Bowie ainsi que Susan Sarandon se révèlent être de bons acteurs eux aussi.

Bref, Les Prédateurs est un bon premier film à l'esthétique unique, mais qui souffre malheureusement d'une narration beaucoup trop lente.



3

 

REAGIR

Commenter cet article