Critique Les frissons de l'angoisse

Publié le par Avenue de l'horreur

les-frissons-de-l-angoisse-affiche.jpg

 

LES FRISSONS DE L'ANGOISSE - 1975

Réalisé par Dario Argento
Avec : David Hemmings, Daria Nicolodi, Gabrielle Lavia, Macha Meril...

Synopsis

Une conférencière télépathe est sauvagement assassinée. Peu avant sa mort, elle avait ressentie une présence meurtrière très proche. C'est le début d'une série de crimes inexpliquables...

 

Frissons-image.jpgFrissons image 2

 

Avis de Roman Soni

 

On ne peut pas le nier, "Profondo Rosso" est un film culte. La quintessence du giallo que tout bon cinéphile qui se respecte se doit d'avoir dans sa filmothèque. Tout commence avec cette scène d'ouverture magistralement bien filmée (comme tout le reste du métrage accompagnée de la musique envoutante des Goblins. La scène du meurtre d'Helga Ullman reste jouissive et la découverte du cadavre par David Hemmings (excellent acteur au passage et aussi paumé que le spectateur) est oppressante avec ses miroirs jalonant les murs d'un couloir paraissant long comme si tout droit sorti d'un cauchemar.
La scène du meurtre d'Amanda Righetti (pas la greluche du remake de Vendredi 13) reste, pour moi, la plus effrayante et pertubante du film avec ce plan de la poupée pendue et la victime en arrière plan.
Et ce twist comme on en voit plus, qui vous laisse sur le cul. Dario Argento manipule le spectateur et le laisse mariner jusqu'au dénouement final. Il réussit à redorer l'image d'un genre pourtant à son apogée dans les années 70. Il réalise le meilleur giallo de tous les temps et surpasse même son mentor Mario Bava, alors créateur de ce genre.
Le côté esthétique du film, ce qui fait la marque du génie italien, rend cette oeuvre encore plus unique et magnifique. Magnifique car Argento filme le meurtre comme un art, pourtant très violent (la marque du Giallo).

Un exemple pour tout futur cinéaste de genre!

5

REAGIR

Commenter cet article