Critique Les Assassins D'Oz (No Place Like Home) [Comics]

Publié le par Avenue de l'horreur

9791090171138

 

Dessinateur(s) : Richard Jordan
Scénariste(s) : Angelo Tirotto
Pages : 128
Editeur : Atlantic BD
Collection : Horreur
Date de sortie : 8 mars 2013
Pays : -
Saga : -

 

Commander sur Amazon

 

Après cinq ans d'absence, Dee est de retour dans le Kansas pour les funérailles de ses parents, tragiquement tués par une tornade. Elle retrouve sa ville natale, Emeraldsville, comme elle l'avait quittée : ennuyeuse et paisible. Jusqu'à ce que surviennent des meurtres terrifiants et inexpliqués. Qui est le tueur et agit-il seul ? Y a-t-il un rapport entre les meurtres et les événements de cette fameuse nuit de 1959 ? À Emeraldsville, une porte s'entrouvre sur un monde terrifiant...

 

Oz-image.jpgOz-image-2.jpg

 

Avis de Zabou

 

Alors que Le Monde Fantastique D’Oz de Sam Raimi vient de sortir en salles, une bande dessinée qui s’approprie le thème de manière horrifique arrive en même temps dans les librairies ! Angelo Tirotto à l’écriture, et Richard Jordan aux dessins, nous livrent un conte terrifiant au scénario bien ficelé avec Les Assassins D’Oz.

Après cinq ans d'absence, Dee est de retour dans le Kansas pour les funérailles de ses parents, tragiquement tués par une tornade. Elle retrouve sa ville natale, Emeraldsville, comme elle l'avait quittée : ennuyeuse et paisible. Jusqu'à ce que surviennent des meurtres terrifiants et inexpliqués. Qui est le tueur et agit-il seul ? Y a-t-il un rapport entre les meurtres et les événements de cette fameuse nuit de 1959 ? À Emeraldsville, une porte s'entrouvre sur un monde terrifiant...

Les Assassins D’Oz débute fort, par un drame humain. La bande dessinée arrive à capter le lecteur dès la première page, c’est une belle performance. Angelo Tirotto impose une histoire très surprenante. Au départ, rien ne laisse présager de la présence de fantastique. Les premiers chapitres font naître des interrogations, et l’on sent bien que certains personnages cachent un lourd passé. Mais tout comme les deux jeunes filles que nous suivons, nous sommes un peu malmenés et pris au cœur d’une intrigue bien plus sombre qu'il n'y paraît. L’ensemble s’enchaîne à un rythme très soutenu qui ne laisse pas le temps aux réflexions. La curiosité du lecteur se fait grandissante jusqu’à la chute, qui aboutit sur une grande surprise et une belle interrogation. Le scénario est digne des plus grands, et l’on y retrouve même un peu de Stephen King dans la construction.

Graphiquement, on peut saluer le travail de Richard Jordan qui nous livre une œuvre à la qualité constante. La découverte de chaque page est un régal visuel. Les personnages et les lieux sont parfaitement travaillés et maîtrisés, et riches en détails. Il a créé un univers dépaysant et terrifiant, où le lecteur se sent à la fois chez lui comme en enfer ! Le choix des couleurs est en harmonie avec l’évolution de l’intrigue, et parvient à maintenir une tension constante. L’image n’est jamais encombrée, laissant une impression de fluidité permanente.

Les Assassins D’Oz est digne des meilleures histoires du maître Stephen King ! Voilà un comics à ne pas perdre de vue !



4
Oz-image-3.jpg

Commenter cet article