Critique Le dernier monde cannibale

Publié le par Avenue de l'horreur

dernier_monde_canibal_aff.jpg

 

 

LE DERNIER MONDE CANNIBALE - 1977

Réalisé par Ruggero Deodato
Avec : Massimo Forshi, Ivan Rassimov, Me Me Lai, Sheik Razak Shikur, Judy Rosly...

L'histoire :

En route pour l'île de Mindanao, un avion, avec quatre passagers, s'écrase dans la jungle. La nuit tombée, les rescapés sont agressés par des cannibales et seuls Robert Harper et Rolf parviennent à s'échapper. Mais très vite les difficultés rencontrées dans cette forêt hostile les séparent et Rolf disparaît. Perdu et affamé, Harper est finalement capturé par une tribu pour être soumis aux pires atrocités...

 

le-dernier-monde-cannibale.png

 

 

Avis de Billy Loomis:

 

Avant son "choc" Cannibal Holocaust, Ruggero Deodato a commencé à démontrer son intérêt pour les cannibales avec ce film !!
Premier constat pour moi, qui a découvert le film après Cannibale Holocaust : je le trouve mieux et bien plus abordable !

On ressent bien ici l'intérêt que porte le réalisateur pour ces tribus... Et une fois encore, je constate que les scènes de cannibalismes sont peu nombreuse et ça ne rend pas le film décevant pour autant... Son film empreinte légèrement une démarche documentaire, où Deodato s'inspire de "soit disant" faits réels vécu par Robert Harper, il s'intéresse aux coutumes et rites babares de ces tribus vivant à l'âge de pierre... Faits abordés lors de la capture d'Harper, retenu prisonnier et nu durant une heure de film !! Ces "pires atrocités" cités dans le résumé ne sont finalement pas à l'honneur ici Rolling Eyes , que le spectateur sensible se rassure, il n'assistera pas à une démonstration d'humiliations atroces, certes Harper ne vie pas le paradis non plus mais rien n'est dérangeant !

Le dernier monde cannibale est un bon "jungle movie" de plus (tant mieux !), les séquences docu animaliers incrustées s'accordent bien à l'ensemble, la réalisation est plutôt bonne et garde son empreinte Bis italien !
Ne se concentrant pas 1h30 sur l'emprisonnement d'Harper, l'histoire bifurque vers un côté flirtant avec le "survival" lorsque notre victime s'échappe avec une fille de la tribu (la jolie Me Me Lai... Trop jolie pour une sauvage mais apportant son charme dans se monde pas très joyeux !). Une seconde étape de la survie est ici décrite et une tribu en appelle une autre, cette fois bien plus féroce... La traque cannibale / victime dans l'enfer vert propose un moment de tension bien mené et le final reste bon et étonnant (Robert Harper finit par appliquer les leçons retenus durant son calvaire !)

Si l'être humain finit tout de même depecé et dévoré, c'est bien entendu à l'aide d'effets gore etc... Ce qui n'est hélas pas le cas pour l'animal (le gros point noir de ces films Evil or Very Mad ).
Mais dans son ensemble Le dernier monde cannibale reste un bon film d'aventure gore, berçé par une assez bonne musique et muni d'un des meilleurs casting du genre (Massimo Foschi impeccable), film qui n'oubli pas néanmoins ses codes : tripailles, accouchement sauvage, le nu intégrale... Ce qui fait que nous ne sommes pas non plus devant une aventure divertissante Twisted Evil .

4
Réagir

Commenter cet article