Critique Le chaperon rouge [Roman]

Publié le par Avenue de l'horreur

Le chaperon rouge

 

Editeur Michel Lafon

Auteur Sarah Blakley-Cartwright

 

Le village de Daggerhorn semble sommeiller au creux de la vallée. Depuis des générations, le Loup qui menace sa tranquillité est tenu à l’écart grâce à un sacrifice mensuel. Mais aujourd’hui, plus personne n’est à l’abri. Et la peur rôde…

 

Depuis la mort de sa sœur, la plus douce des jeunes filles, Valérie est inconsolable. Henry, le superbe fils du forgeron, tente de gagner ses faveurs, mais le cœur indompté de la belle bat pour un autre garçon : Peter, le bûcheron exclu du groupe, qui lui offre des escapades palpitantes loin du cocon familial.

 

Un beau jour, un chasseur de loups de passage dans la région fait une terrible révélation qui provoque la stupeur des villageois : la Bête qui les terrorise depuis des années vit parmi eux. Tout le monde devient suspect. Bientôt, on comprend que seule Valérie peut entendre la voix du Loup. Et celui-ci exige qu’elle le rejoigne avant que le sang coule… et que tous ceux qu’elle aime disparaissent.

 

Mon Avis

 

Sorti au cinéma cette année, Le chaperon rouge est l’adaptation d’un roman du même nom que nous avons pu découvrir aussi cette année. Le roman est il plus riche que le film ? le long métrage le respecte-t-il ?

Le village de Daggerhorn semble sommeiller au creux de la vallée. Depuis des générations, le Loup qui menace sa tranquillité est tenu à l’écart grâce à un sacrifice mensuel. Mais aujourd’hui, plus personne n’est à l’abri. Et la peur rôde…

Le roman est découpé est trois parties, pour ceux qui comme moi liront ce livre après avoir vu le film la surprise est grande dès les premières lignes puisque l’intégralité de la première partie est totalement inédite et absente de la réalisation cinématographique. Pourtant elle regorge d’intérêt. Elle nous raconte un peu l’enfance de Valérie et surtout commence à mettre en place des soupçons quant à l’idée du loup. Le personnage même de Valérie y trouve tout son sens et l’on apprend bien plus à la connaitre dans cette partie du roman. Si vous n’avez que vu le long métrage je ne peux que vous inciter à découvrir ce roman tant il nous renseigne plus en profondeur sur l’histoire et les personnages.

Les deuxième et troisième parties collent parfaitement à l’intrigue du film, les dialogues semblant presque s’être intégrés à la lettre près à l’écran. Seule la fin risque de surprendre car elle s’arrête bien plus tôt dans le récit, le dernier chapitre étant en ligne sur le site michel-lafon.fr. Si vous voulez connaitre l’identité du loup foncez !

Sarah Blakley-Cartwright a soigné son travail d’écriture et a su créé un univers unique que l’on visualise magnifiquement bien grâce à ses belles descriptions. Le traitement des protagonistes est tout aussi réussi, on sent bien que chacun a été traité avec minutie ce qui les rend uniques.

Le loup qui est la clé de toute cette intrigue prend une belle dimension mystérieuse, on prend un réel plaisir à essayer de trouver des indices quant à son identité. Tout est fait pour que le nombre de suspects ne cesse d’augmenter au fil des pages. Son coté monstrueux et inquiétant est bien transcrit. Ses apparitions donnent la chair de poule et rythment parfaitement le tout.

L’amour est aussi un thème important dans cette lecture. On ne peut que constater qu’il n’y est pas présent exagérément même s’il prend une place importante. Les sentiments savent toucher le lecteur et prennent une belle dimension.

Sarah Blakley-Cartwright a su obtenir un bel équilibre entre le coté sentimental et le fantastique de son œuvre.

 

Le chaperon rouge est un roman captivant, plus abouti que le long métrage et surtout un bon complément à tous les fans de ce dernier !

 

4

 

Lire notre critique du film

Lire notre test Bluray du film

 

 

 

Commenter cet article