Critique Jurassic Trash

Publié le par Avenue de l'horreur

jurassictrashboxz21hires

 

Réalisé par : Richard J.Thomson
Scénario de : Richard J.Thomson
Acteurs : Laurent Dallas, Dominick Breuil, Coralie Trinh Thi, Eduardo Pisani
Date de production : 1998
Date de sortie DVD : 5 Mars 2013 (Juguarundi Productions)
Date de sortie cinéma en France : -
Pays : France
Saga : -

 

Commander sur Amazon

 

Synopsis

Un savant fou travaille sur croisement entre Humains et Dinosaures. Mais des créatures s’échappent de son labo, semant la panique dans les environs. Un camp de jolies nudistes est décimé, tandis qu’une troupe de scouts intégristes, voyant la main du Démon, partira en croisade. Le garde champêtre du secteur aura fort à faire pour rétablir l’ordre, d’autant qu’un clown mafieux entend profiter du chaos pour construire un parc de loisirs DinosaurLand…

 

jurassic3.jpg

Avis de Thepoint69

Jurassic Trash est un film parodique de Richard J.Thomson, qui puise le plus gros de ses influences dans Jurassic Park, mais aussi dans beaucoup d’autres films, notamment dans les grosses productions hollywoodiennes des années 1970/1980. Adepte de la parodie faite maison, le réalisateur tient à prouver qu'originalité ne rime pas toujours avec gros budgets et belles recettes...

L’histoire de base entremêle de nombreux personnages tous plus barrés les uns que les autres, avec chacun un objectif précis qui n’a pas toujours un rapport avec les dinosaures, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Et mine de rien, on se dit que le scénario a du être très compliqué à mettre en place, car réunir tous ces personnages caricaturaux sous un même décor et au travers d'une même histoire sans se perdre, c'est un sacré tour de force. Et bien pari réussi ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, l’histoire défile sans trop s’embrouiller - bien que certaines scènes peuvent nous laisser perplexes - et c'est bien là l’essentiel pour un si petit film.

Côté casting, on se rend vite compte que nombreux acteurs ne sont pas de grands comédiens et pourtant ils s’en sortent plutôt bien. Bien sûr, certains seconds rôles dévoilent un jeu abusif, assez drôle au début, mais qui laisse très vite un arrière-goût amer par la suite (on en vient à espérer que leurs interventions seront rares...).
Ceci étant, la bonne surprise viendra du personnage du clown, sorte d'ersatz de Ca, totalement stupide, qui amène pas mal de relief à l'ensemble.
Pour ce qui est des décors, ils sont très simples : la maison de vacance du réalisateur, la maison des voisins et hop, le tour est joué ! On se retrouve dans le sud de la France, dans une maison perdue au milieu de nulle part un peu à la façon de très nombreux films d’horreurs. Encore un clin d’œil sympathique en forme d'hommage (ou de critique ?) aux pelloches d’horreur plutôt classiques.

Au final, Jurassic Trash est une oeuvre pleine de surprises qui s’ouvre à nous sans forcément être le fer de lance du genre parodique. Le film arrive néanmoins à se démarquer dans le genre grâce à son côté totalement décalé.
Cette petite production française regorge de nombreuses répliques tordantes et d’autres moins drôles, qui pourront paraître de mauvais goût, mais c’est totalement assumé par Richard J.Thomson.
La farce prend assez vite, malgré quelques lourdeurs ici et là, que le rythme crescendo de la bobine arrive tant bien que mal à faire disparaître. Evidemment, il y de nombreuses boulettes techniques, mais vu le petit budget du film, c'est grandement pardonné !

Attention tout de même : Jurassic Trash nécessite clairement d’avoir un humour second degré très développé, sans ça le côté parodique pourrait, dès les premières minutes, apparaître fortement ridicule. Vous êtes prévenus...



2.5

REAGIR

 

Commenter cet article

alphonse 24/10/2013 23:18

Bonsoir, vous avez chroniqués JURASSIC TRASH de Richard J.Thomson, mais ni le thriller BLOODY FLOWERS (avec Amanda Lear) ni A VERY VERY SEXY SNUFF MOVIE... c'est volontaire? Bien cordialment

Avenue De L'Horreur 25/10/2013 09:48



Les films sont chroniqués selon nos envies et les opportunités, donc il n'y a rien de volontaire dans le non traitement de ces deux films qui le seront peut-être un jour.