Critique Etiquette & Espionnage [Roman]

Publié le par Avenue De L'Horreur

le-pen10.jpg

 

Auteur : Gail Carriger
Pages : 368
Editeur : Orbit
Collection : /
Date de sortie : 12 mars 2014
Pays : Etats-Unis
Saga : Le Pensionnat De Mlle Géraldine

 

C’est une chose d’apprendre à faire une révérence comme il faut. C’en est une autre que d’apprendre à la faire en lançant un couteau.
Angleterre, début du XIXe siècle. Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa pauvre mère : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres qu’apprendre les bonnes manières ! Mme Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady, aussi inscrit-elle Sophronia au Pensionnat de Mlle Géraldine pour le perfectionnement des jeunes dames de qualité.
Mais Sophronia comprend très vite que cette école n’est peut-être pas exactement ce que sa mère avait en tête. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette ; mais elles apprennent aussi à donner la mort, l’art de la diversion, et l’espionnage – le tout de la manière la plus civilisée possible, bien sûr.
Cette première année au pensionnat s’annonce tout simplement passionnante.

 

Avis de JennDidi

 

Etiquette & Espionnage, premier tome de la saga Le Pensionnat De Mlle Géraldine, est un livre à ne pas manquer. L’auteur, Gail Carriger, nous transporte dans un univers où les demoiselles doivent apprendre les bonnes manières ainsi que l’art de tuer quelqu’un sans se faire remarquer. Si vous avez aimé sa série Le protectorat de l’ombrelle, vous allez adorer ce roman qui se situe 25 ans plus tôt !

« C’est une chose d’apprendre à faire une révérence comme il faut. C’en est une autre que d’apprendre à la faire en lançant un couteau.
Angleterre, début du XIXe siècle. Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa pauvre mère : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres qu’apprendre les bonnes manières ! Mme Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady, aussi inscrit-elle Sophronia au Pensionnat de Mlle Géraldine pour le perfectionnement des jeunes dames de qualité.
Mais Sophronia comprend très vite que cette école n’est peut-être pas exactement ce que sa mère avait en tête. Certes, les jeunes filles y apprennent l’art de la danse, celui de se vêtir et l’étiquette ; mais elles apprennent aussi à donner la mort, l’art de la diversion, et l’espionnage – le tout de la manière la plus civilisée possible, bien sûr.
Cette première année au pensionnat s’annonce tout simplement passionnante. »

Ce résumé donne le ton du livre : une héroïne tête-brûlée, des personnages étranges et bien sûr, des bonnes manières.
Gail Carriger a réussi à créer des personnages étonnants avec des caractères complètement différents. Sophronia est une fille intelligente qui n’a peur de rien. Elle est attachante et on se met de son côté dès qu’elle traverse une difficulté. Cadette d’une famille nombreuse, elle est l’enfant rebelle qui ose tout et se fiche de tout, ce qui va être un grand défi pour quiconque souhaiterait lui inculquer les bonnes manières. Son entrée dans le pensionnat est pour elle un calvaire, elle ne se voit pas suivre un cours sur la mode où la manière de prendre le thé. Heureusement, ce pensionnat n’est pas ce qu’il prétend être… Elle va apprendre à manier les couteaux, empoisonner quelques gentilshommes ou encore comment feindre un malaise.

Les demoiselles qu’elle va rencontrer là-bas sont toutes de famille noble et savent très bien dans quel endroit elles se trouvent, contrairement à Sophronia, ce qui va permettre au lecteur de découvrir en même temps qu’elle ce nouvel univers.

Dans ce pensionnat, une question se pose alors : comment se faire des amies quand le but est d’espionner tout le monde, de ne faire confiance à personne et de ne pas hésiter à faire des mauvais coups ? Dans ce sens, il est difficile pour nous, lecteur, de discerner qui ment ou non.

Les professeurs sont, eux aussi, des personnages intéressants et très bien décris. On imagine très bien leur allure et leur manière de parler. Rapidement, on va découvrir qu’à ce monde d’étiquette et d’espionnage se mêle le surnaturel avec l’apparition de vampires ou encore de loups garous.  C’est ce que j’apprécie particulièrement dans ce livre : on trouve un mélange de genres qui fonctionne parfaitement.

Gail Carriger nous fait rentrer dans son monde à force de descriptions, ce qui peut parfois faire un peu peur. Elles sont cependant nécessaires à l’histoire et sont vraiment bien écrites. C’est, selon moi, le seul petit bémol à ce livre plein d’énergie et de suspense. Un petit conseil : prévoir quelques heures de temps libre car vous le finirez en une seule fois !

Le site internet de l’auteur nous annonce 4 tomes. Le tome 2, que l’on peut traduire par Courtoisie & Conspiration, sortira en novembre prochain à l’étranger et je peux déjà vous dire que l’illustration est aussi magnifique que pour ce premier tome.

En attendant, comme cela devient de plus en plus à la mode, voici la bande annonce du livre…

 

 

4.5

Commenter cet article