Critique Bates Motel Saison 1 Episode 1 (pilote)

Publié le par Avenue de l'horreur

Bates Motel

 

Série créee par : Anthony Cipriano
Acteurs : Vera Farmiga, Freddie Highmore, Max Thieriot
Année de production : 2013
Date de sortie en DVD/Bluray en France : -
Date de première diffusion en France : -
Pays : Etats-Unis
Saga : Psychose

 

Synopsis

 

Le père de Norman est mort dans d'étranges conditions. Six mois plus tard, Norma, sa mère, décide sur un coup de tête de partir et de recommencer à zéro loin de chez eux. Elle devient donc propriétaire d'un petit motel, qu'elle a pour but de faire marcher avec l'aide de son fils. Mais tout ne se passe pas comme Norma l'aurait souhaité, ce qui va rendre leur nouveau départ sinistre et sanglant.

 

Bates-motel-image.jpgBates-motel-image-2.jpg

 

Avis de Nevarc

 

L'univers de Psychose, le roman de Robert Bloch publié en 1959, a déchaîné les foules dès sa parution. C'est le maître Alfred Hitchcock, qui dirigea la première adaptation de cette œuvre en 1960, offrant à Anthony Perkins le rôle de sa vie (qu'il tiendra d'ailleurs dans les trois suites). Le succès étant au rendez-vous, il était naturel pour les producteurs de continuer à en exploiter le filon. Bien que Bloch écrivit Psychose II, et plus tard, Psycho House, les séquelles cinématographiques prirent une toute autre direction avec Psychose II et Psychose III, réalisés respectivement en 1983 par Richard Franklin et en 1986 par Perkins lui-même.
En 1987, un pilote est tourné en vue de créer une série télévisée spin-off, Bates Motel, mais ce fut un échec et la série n'est pas commandée, tandis qu'un quatrième volet, réalisé pour la télévision, verra le jour en 1990.
Un peu plus de vingt ans plus tard, Norma et Norman Bates reprennent du service dans une nouvelle série télé développé pour la chaîne A&E aux USA, Bates Motel (dont le scénario n'a aucun rapport, mis à part les personnages, avec celui de 1987).

Le père de Norman est mort dans d'étranges conditions. Six mois plus tard, Norma, sa mère, décide sur un coup de tête de partir et de recommencer à zéro loin de chez eux. Elle devient donc propriétaire d'un petit motel, qu'elle a pour but de faire marcher avec l'aide de son fils. Mais tout ne se passe pas comme Norma l'aurait souhaité, ce qui va rendre leur nouveau départ sinistre et sanglant.

C'est parti pour le premier épisode d'une saison de sept ! On retrouve une ambiance poisseuse, sombre et inquiétante. Les gros plans, les plongées radicales et les travellings avant sur le visage des personnages créent une mise en scène stylisée, inspirée de la vague des films d'horreur des années soixante-dix et quatre-vingt (la période bénite du slasher, dont Bates Motel semble être très influencé). L'éclairage aux lampes qui donne un ton jauni à l'image ou encore bien les néon bleus du générique renforce cette idée.

Les personnages de Norma et Norman Bates sont interprétés par Vera Farmiga et Freddie Highmore. La première est parfaite en mère possessive et jusqu'au-boutiste, parfois même effrayante. Le second, habitué à des rôles enfantins se voit ici s'offrir un rôle définitivement mature et très intéressant. L'alchimie du "couple" de protagonistes fonctionne à la perfection, notamment dans la séquence sur le radeau, une sorte de déclaration d'amour quelque peu macabre...

On retrouve aussi les thèmes de l’œuvre originale, et du genre en général : la famille brisée qui tente de se reconstruire en prenant un nouveau départ. Norma et son fils arrivent en terre inconnue, et vont chambouler toute la "normalité" des lieux.
Cette mère possessive (et aimante), exerce un pouvoir sur son fils influençable (son rapport avec les filles est aussi difficile) et tisse une relation étrange entre les deux personnages. La possession (et la notion de propriété) est donc un thème important développé par la série. Norma semble très attachée aux choses qui lui sont proches, ce qui la rend d'autant plus inquiétante. Ces sujets passionnants seront développés tout au long de cette saison et seront sans doute être la source d’intéressantes péripéties.

En somme, ce pilote est encourageant et pourrait bien mener Bates Motel à une excellente série de genre. On espère que le succès public sera au rendez-vous, et au vu des audiences de ce premier épisode, on est la bonne voie !

4

REAGIR

Publié dans Séries TV horrifiques

Commenter cet article