Critique Journal d'un marchand de rêve - Anthelme Hauchecorne

Publié le par Avenue De L'Horreur

Auteur : Anthelme Hauchecorne
Pages : 600
Editeur : Atelier Mosésu
Collection : Pepper
Date de sortie : octobre 2016
Pays : France
Saga : /
 

« J’ai séjourné en hôpital psychiatrique. Pas de quoi fouetter un chat sauf lorsque, comme moi, vous êtes fils de stars. Par crainte du scandale, mes parents m’ont expédié loin d’Hollywood, dans la vieille Europe.
Les meilleurs spécialistes m’ont déclaré guéri. En vérité, la thérapie a échoué. Les songes ont repris, plus dangereux que jamais.
Malgré moi, je me trouve mêlé aux intrigues de puissants Rêveurs. Des gens charmants et bien décidés à m’éliminer, mais avec élégance.
M’entêter serait totalement déraisonnable. Pourtant, deux plaies à vif m’empêchent de tourner la page…
La première est une fille.
La seconde, une soif de vengeance.
Je m’appelle Walter Krowley. Vous tenez mon journal intime. Prenez-en soin. Ce livre pourrait devenir mon testament… »

Avis de JennDidi

Les romans d’Anthelme Hauchecorne sont facilement différentiables des autres. J’avais déjà découvert Le Carnaval aux Corbeaux, qui est un livre absolument incroyable et Journal d’un marchand de rêves ne déroge pas à la règle. C’est un roman qui mélange le sombre et le magnifique, la beauté et l’horreur. Les personnages qu’invente Anthelme Hauchecorne ne sont jamais de véritables héros. Ils ne sont pas merveilleux, ils sont juste humains. Ils ont des défauts, beaucoup même, mais ils sont foncièrement bons. Ils vont tenter d’arranger les choses, et les aggraver parfois. Ils vont faire des erreurs, et apprendre beaucoup.

Journal d’un marchand de rêves est un livre très intéressant et complexe à la fois. L’univers que l’auteur a imaginé est véritablement original mais il ne nous perd jamais en route. Les personnages sont bien travaillés et attirent irrémédiablement notre sympathie, même les plus abominables d’entre eux. Les paysages sont sombres et bien détaillés, nous permettant ainsi de plonger avec facilité dans les méandres de l’esprit de l’auteur.

J’ai beaucoup apprécié cette histoire qui ne ressemble à aucune autre. L’idée qu’un monde existe réellement dans nos rêves est surprenante, intéressante, et bien exploitée. Nous allons suivre les aventures de Walter Krowley, ce jeune homme issu d’une famille riche et connue à Hollywood, qui ne trouve pas sa place dans cette vie toute tracée. Il devrait avoir le talent de son père, mais ce n’est pas le cas. Il enchaîne les déceptions et, après un terrible traumatisme, va avoir accès à un monde qu’il ne soupçonnait pas : l’Ever.

Il se rendra là-bas chaque nuit dans son sommeil et va faire la connaissance d’êtres plus étranges les uns que les autres. Même dans les songes, la guerre fait rage. D’un côté le gouverneur et sa dictature, de l’autre les Outlaw, ces brigands puants qui comptent bien renverser le régime. Walter sera tantôt d’un côté, tantôt de l’autre, et devra savoir à qui faire confiance. Il va rencontrer une fille qui changera tout, Banshee. Cette jeune femme est une véritable énigme aussi bien pour le héros que pour le lecteur mais nous aurons le droit à des explications à la fin du roman, heureusement.

A travers ses aventures, nous verrons un Walter qui va grandir, mûrir. Il fera toujours des erreurs bien sûr mais il ne sera jamais plus le même. Sa vie dans l’Eveil, le monde réveillé, va elle aussi changer au fil du temps. La conclusion de Journal d’un marchand de rêves nous apporte les réponses qu’il nous manquait et nous permet d’être pleinement satisfaits.

J’ai beaucoup apprécié cette histoire qui nous montre tous les vices de l’Homme : la bêtise, l’addiction, l’égoïsme, la vanité, la luxure, le meurtre… Verrons-nous des personnages véritablement parfaits ? Je vous préviens tout de suite, la réponse est non. Journal d’un marchand de rêves est peut-être imaginaire mais il est aussi, d’une certaine manière, bien réel. Il montre que les défauts et les mensonges peuvent engendrer la destruction, la guerre.

En bref, ce roman est original et extrêmement intéressant. On est pris dans l’histoire, on veut connaître toutes les mésaventures de Walter Krowley et surtout, on veut savoir ce qui se cache derrière le mystère Banshee. Un livre addictif, bien pensé, bien écrit et véritablement surprenant !

4

Commenter cet article