Test Quantum Break [Xbox One]

Publié le par Avenue De L'Horreur

Type de jeu : Action TPS
Éditeur : Remedy
Développeur : Microsoft
Date de sortie France : 5 avril 2016
Classification : PEGI 16
Multijoueur : Non
Testé sur : Xbox One
Existe aussi sur : -
Testeur : Zabou

Note

Les studios Remedy sont de retour ! Les papas du très bon Alan Wake (qui est d'ailleurs offerts en rétrocompatibilité avec ce jeu) reviennent dans la scène du jeu vidéo avec un concept qui se veut très alléchant sur le papier. Avec Quantum Break ils nous offrent un soft qui s'allie avec une série TV évolutive. Vous l'aurez donc compris, vos choix auront des répercutions dans les épisodes. Mais avant de vous en dire plus, faisons un petit tour du côté du scénario.

L'intrigue a été travaillée. On le sent dès les premiers instants. A l'instar d'une série TV elle offre inquiétude et rebondissement avec une multitude de personnages tous aussi importants les uns que les autres. Nous plongeons en pleine science-fiction avec un monde au bord de sa fin suite à une fracture temporelle provoquée des mains de l'homme. Notre héro incarnée dans le soft et dans la série par Shawn Ashmore semble être le dernier espoir de l'humanité. Au premier plan lors de l'incident, il développe des pouvoirs qui pourraient bien être la clé de la survie de l'humanité.

Quantum Break ne propose qu'un mode solo. C'est donc sur la réalisation de leur soft que tout a été misée. La campagne se découpe en cinq actes majeurs avec des chapitres. Si le déroulement des actions est assez conventionnel pour un TPS c'est surtout la narration qui intéressera outre mesure. A la fin des quatres premiers actes, le joueur devra faire un choix qui influencera la suite des évenèments que ce soit dans le jeu ou dans la série. Une fois ce choix validé, un épisode de la série se lance et poursuit l'aventure. Pendant vingt-cinq minutes vous devenez alors spectateur des évènements avant de reprendre la manettre pour continuer votre chemin. Les épisodes sont soignés. Il faut dire que le casting est brillant, on notera entre autre : Aiden Gillen (Game of Thrones), Shawn Ashmore (X-Men, Fringe), Dominic Monaghan (LOST, Le Seigneur des Anneaux), Lance Reddick (The Wire). La qualité d'image est digne de la haute définition et le scénario se plie à merveille  avec le format. Les épisodes se fondent parfaitement entre les phases de gameplay. Cette nouvelle approche est une totale réussite.

Remedy n'a pas seulement soigné l'aspect télévisé du soft, non le gameplay a bénéficié de la même attention. La jouabilité devient bien vite instinctive. Le gamer découvre les différents pouvoirs du héro en même temps que lui et apprend à les combiner avec les autres. Bien évidemment, les armes à feu sont de la partie, mais elles ne sont réellement efficaces qu'en collaboration avec les pouvoirs temporels. Les phases de combats s'entremêlent entre phases d'exploration et quelques passages plateformes. L'ensemble est très bien pensé pour les joueur ne s'ennuie jamais et ne tombe pas dans un côté répétitif.

En dehors de la quête pour sauver le monde et afin de faire évoluer les épisodes de la série, le joueur aura aussi une multitude d'objets à collecter (enregistrements, fichiers, ordinateurs) et des chronons à ramasser pour améliorer ses pouvoirs. Voilà de quoi permettre un peu de rejouabilité une fois le jeu terminé.

L'aventure vous prendra une dizaine d'heures, mais les objets à rechercher et les possibilités de rejouer certaines phases en prenant d'autres choix devraient permettre à beaucoup de rallonger le plaisir.

Quantum Break est sans conteste une très bonne surprise ! Punchy et passionnant il prend le gamer au jeu et ne le lâche plus. L'absence de multijoueur laisse toutefois le joueur sur sa faim car la durée de vie pêche un peu. Toutefois, l'aventure vaut plus que le détour et il serait dommage de s'en passer tant la réalisation est soignée !

Test Quantum Break [Xbox One]Test Quantum Break [Xbox One]
Test Quantum Break [Xbox One]Test Quantum Break [Xbox One]
Test Quantum Break [Xbox One]Test Quantum Break [Xbox One]

Commenter cet article