Critique John Meurt A La Fin

Publié le par Avenue De L'Horreur

Auteur(s) : David Wong
Pages : 606
Editeur : Super 8
Date de sortie : 16 octobre 2014
Pays : Français
Saga: John Meurt A La Fin

Vous êtes drogué ? cinglé ? paranoïaque ? Vous pouvez lire ce livre, mais nous déclinons par avance toute responsabilité. Sans doute, il existe des gens qui ont déjà fait des trucs plus tarés qu'essayer de résumer ce bouquin. Le souci, c'est que personne ne sait ce qu'ils sont devenus. Ça commence avec deux potes, John et Dave, deux losers fans de ciné travaillant plus ou moins dans un club vidéo. À un concert, John rencontre un type passablement déglingué, le " Jamaïcain ", qui lui fait essayer une nouvelle drogue. Les effets sont radicaux. En plein " bad trip ", John hallucine sévèrement. Peu rassuré, Dave le conduit à l'hôpital. À la suite de quoi la police leur fait subir un interrogatoire en règle. Il semblerait en effet que tous ceux qui ont pris ce soir-là la drogue du Jamaïcain soient morts ou se soient évaporés. Ensuite, autant vous prévenir : ça devient vraiment chelou. Un téléphone-hot-dog, une balle qui aurait dû tuer mais ne tue pas, une conférence apocalyptique sur le paranormal à Las Vegas, une télé qui vous regarde et tout un tas de rencontres que l'on aimerait qualifier autrement que de " non euclidiennes "... " Ce n'est pas parce que je suis paranoïaque qu'ils ne sont pas tous après moi. " OK, vous voulez savoir ce que serait Le Livre sans nom si Hunter S. Thompson l'avait cauchemardé dans la baignoire d'une chambre d'hôtel ? À quoi ressemblerait un roman écrit par Quentin Tarantino et Robert Rodriguez si ces malheureux se servaient de l'humour comme un épileptique d'une mitraillette et se défonçaient à l'acide en pensant gober des smarties ? Vous avez envie de crever de rire en essayant de tourner les pages et de devenir un genre de zombie livrophage ? Bienvenue dans le monde de John : le mec qui risque fort de mourir à la fin.

Avis de Dandy Kaine

Primo : J'ai mis du temps pour la chronique, je ne savais pas par quel bout commencer, c'est tellement énorme comme morceau et pour des raisons toutes personnelles, mais voici enfin venir la chronique.
J'ai eu de la chance d'avoir ce livre, un véritable bloc.


Deuxio : je me pose toujours la question, est-ce que David Wong racontait une histoire derrière sa machine a écrire ou bien sa vie sous prise de consommation d'herbe joyeuse quotidienne ?
Ce livre, c'est de la dinguerie, de la folie à l'état pure, enfin de la science-fiction horrifique qui plaira aux amateurs de bonne littérature, de fans du genre et non pas de la daube prête à passer à la moulinette des multiplexe hollywoodiens (hâte de découvrir le film qui a été tiré du livre).
Ce livre n'est pas un exercice de style, une rafale de noir sur blanc fait par un fan boy, mais comme je l'ai dit plus haut, de la littéraire pure mais maîtrisée, sachant apposer divers éléments parfois antinomiques, mais comme les personnages principaux, ça se concorde.
Puis, un autre point important, l'auteur sait écrire, il ne suffit pas d'être fan, il faut déjà savoir aligner un écrit de qualité et David Wong est talentueux.
Je soulignerai un défaut, parfois, à travers certains de ses personnages il veut citer ses influences mais à certains passages c'est trop, comme Phantasm de Coscalleri  (est-ce que c'était pour le remercier de l'adaptation ?).
Cette oeuvre, c'est un roman à chaque page, c'est touffu. J'ai parfois relu une dizaine de fois une page parce c'était tellement bon, c'est si rare ce genre d'oeuvre aussi passionnante.
Le résultat est dû à un talent d'écrivain certes, mais aussi à des situations dues à une imagination débordante, des personnages frappadingues (du genre Les Frères Winchester sous amphétes), vous voyez le truc. Et le récit est blindé de dialogues venus d'ailleurs. John parlant normalement puis balançant des vannes sorties tout droit d'un autre espace temps.


Ce livre est riche de tout, un classique de la littérature, à découvrir.

Critique John Meurt A La Fin

Commenter cet article